Opération Ninive : déchaînés pour l'évangile !

305 vues

publié le 05/05/2020 à 15:48


Opération Niive (Saturer le monde avec l’Évangile)

Rapport de Mission Maroua 2020

Par le Pasteur Yomsi Maurice Tel : +237 675 177 554/ +237697 551 898


 

INTRODUCTION

Cette mission est l’une des rares effectuées dans un contexte national et international tendu. En fait, nos missions sont planifiées un an avant leurs réalisations. Comme carrément tout le monde, la pandémie du Covid-19 n’avait pas été prise en considération lors de nos planifications l’année dernière. Presque personne ne savait que ce virus imposerait son rythme au monde tout entier.

Tous les États ont pris des mesures pour sauver ses populations. À côté des mesures d’hygiène, notre pays y a ajouté les restrictions de mouvements (voyages) dits non essentiels, l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes…

Ces mesures très importantes pour le combat contre le Covid-19 ont eu un effet involontairement néfaste pour l’église et particulièrement pour la mission du genre que nous avons l’habitude de faire. Plusieurs options étaient sur notre table :

  1. Arrêter les missions 
  2. Continuer nos missions sans tenir compte des restrictions liées au Covid 19
  3. Faire les missions en tenant en compte les enjeux en place tout en modifiant le format habituel pour le conformer au contexte de la pandémie.

La troisième option a été adoptée par la majorité des membres et partenaires de notre mouvement missionnaire. Mais plus le temps passait et la pandémie gagnait du terrain dans notre pays, la situation devenait de plus en plus inquiétante. D’autres interrogations s’imposaient à nous :

  1. Devrions-nous risquer nos vies pour les raisons missionnaires ?
  2. Devrions-nous sacrifier la mission à l’autel de la pandémie ?
  3. L’urgence sanitaire mondiale et internationale devrait-elle primer sur l’urgence missionnaire ?
  4. Devrions-nous renvoyer la mission de Maroua et même peut-être celle de Ngaoundéré jusqu’à la permission du Covid 19 ?

La réponse à toutes ces questions devrait nous permettre de savoir si oui ou non la mission de Maroua aurait lieu, ou si elle valait la peine. Pour nous, il ne fallait pas seulement répondre  à ces questions, mais il fallait le faire sans aucune motivation subjective. Il nous fallait un fondement biblique pour annuler ou renvoyer cette mission.

Parmi les versets bibliques que nous avons examinés, celui qui nous a poussés à prendre la décision finale est celui de 2Timothée 4 :2 « prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. »

En allant à Maroua, nous savions que nous nous exposions au Covid 19. Mais si nous ne pouvons pas exposer nos vies pour l’évangile, pour quelle autre raison raisonnable le devrions-nous ? Si Paul dans toutes ses missions regardait d’abord au risque qu’il prenait, pourrait-il effectuer un seul voyage missionnaire ?

Quelles que soient les spéculations controversables que chacun peut émettre sur notre décision, le fait qu’une âme sinon plus de cent âmes se soient engagées dans la voie du Seigneur ne suffit-il pas, même si nous perdons nos vies plus tard de suite d’infection au Covid 19 ? C’est à chacun d’en juger.

Cependant, le Covid-19, n’a pas empêché que la mission soit jonchée de difficultés. La pandémie elle-même a été un facteur aggravant.

 

  1. L’épreuve du voyage de Douala à Maroua

Tout commence par le prix du voyage qui a flambé à cause de la limitation du nombre de personnes dans le bus. À côté de cette difficulté qui est  la moindre se trouve la plus difficile. En effet, nous avons été à maintes reprises stoppés par les autorités pour le contrôle de la température de tous ceux qui étaient dans le bus. Ainsi, lorsqu’on trouvait qu’une seule personne avait une température élevée, tout le monde dans ce bus était mis en quarantaine par les autorités compétentes.

Ainsi, il fallait prier que personne dans le véhicule n’ait une température élevée. Sinon, nous serions mis en quarantaine et la mission était fichue. Mais, Dieu a opéré un grand miracle. Aucun de nous (dans le bus) n’avait une température élevée, malgré les escales dans les agences, et la montée d’autres personnes dans notre bus. Dieu soit loué !

Nous sommes quittés dimanche à 16 Heures, et c’est mardi au petit matin que nous sommes arrivés à Maroua.

 

  1. L’action missionnaire à Maroua

Notre action missionnaire a été effectuée dans quatre localités :

  1. Djoudandou
  2. Le premier jour à Djoudandou

Le même mardi, malgré la fatigue et le sommeil, nous avons commencé avec la formation à l’évangélisation qui a duré environ 7 à 8 heures de temps. 18 personnes ont assisté à la formation sous un soleil brulant de plus de 40° à l’ombre.             

Il faisait si chaud que j’ai dû enlever la montre sur ma main, car je ne supportais plus sa brulure sur ma pauvre main. En effet, le soleil ici est si fort que tous les  cours d'eaux, même les fleuves sèchent.

Les sorties d’évangélisation portes à portes ont commencé à 17 heures. Plus de 150 personnes ont écouté le message sans compter le nombre de ceux qui ont écouté la bonne nouvelle au travers du mégaphone.

Le soir, nous avons projeté un film à « guichet fermé » avait un nombre restreint à 49 personnes (afin de respecter les prescriptions du gouvernement).

Plusieurs  personnes se sont engagées à suivre le Seigneur.

  1. Le deuxième jour à Djoudandou

Alors que le premier jour nous avons axé la formation sur l’évangélisation générale, nous nous sommes appesantis sur l’évangélisation dans la sphère d’influence (membres de la famille, amis, collègues, camarades de classe, voisins, amis).  20 personnes ont assisté à la formation, et lors des portes à portes

Plusieurs personnes ont été exposées à l’évangile.

Pour attendre ceux que nous avons invités à la projection, nous avons installé nos appareils comme la veille. Le vidéoprojecteur qui a fonctionné la veille a arrêté de fonction contre toute attente. Nous avons perdu notre paix. Plusieurs personnes ne faisaient qu’entrer dans la chapelle, et nous étions incapables de les renvoyer, encore moins de leur dire que notre vidéoprojecteur était en panne.

Par la grâce de Dieu nous avons pu trouver un autre vidéoprojecteur.  La projection a commencé avec environ 03 heures de retard. Mais le Seigneur a retenu tous ceux qui étaient venus, sinon la majorité.

Après la prédication essentiellement focalisée sur la mort et la résurrection de Christ pour le salut de quiconque croit en lui, plusieurs se sont également ajoutées au nombre de ceux qui sont sauvés.

 

  1. Ouro-Tchédé

 

  • Premier jour à Ouro-Tchédé

Comme les autres jours, la formation a commencé à 10 heures et a duré 7 heures. Environ 26 personnes ont assisté

Et plus de cent personnes ont écouté la bonne nouvelle pendant les portes à portes.  Plusieurs ont confessé le Seigneur, parmi lesquels ceux qui étaient musulmans.

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et indignes d’être mentionnées dans ce rapport, nous avons été incapables de faire la projection.

  • Deuxième jour à Ouro-Tchédé

Le nombre de participants était un peu plus supérieur à celui de la veille.

 Les portes à portes ont aussi porté plusieurs fruits.

Le soir, nous ne savons comment les musulmans ont été au courant de la projection, mais ils empêché qu’elle ait lieu en instrumentalisant le chef du quartier. Gloire à Dieu.

 

  1. L’action missionnaire à Zileng

Nous avons passé un seul jour à Zileng. Les portes à portes ont été effectuées avec ceux qui avaient été formés à Ouro-Tchédé. Nous invitions les gens à la projection du soir. Plusieurs personnes sont venues

Après la prédication axée sur la certitude de la transformation de vie pour quiconque s’engage à suivre le Seigneur, plusieurs personnes ont invité Jésus dans leur vie pour un réel changement à la louange de la gloire de Dieu.

 

  1. L’action missionnaire à Djapaï

Djapaï était l’une des zones que nous prévoyions aller pour une action missionnaire de pointe. C’est la pandémie du Covid 19 qui a tout bouleversé.

Le lieu est bien éloigné de la ville de Maroua

Ne pouvant pas comme dans les autres localités faire des projections au regard du lieu de culte

Nous avons ainsi choisi de regrouper les populations dans la journée. Dimanche était approprié, sachant que plusieurs d’entre eux ne vont pas au champ ce jour. Nous avons axé notre message sur l’espérance de la vie éternelle pour ceux qui croient en Jésus comme le Sauveur envoyé de Dieu pour nous délivrer du péché par sa mort et sa résurrection des morts.

Plusieurs ont accepté de s’engager pour une vie éternelle avec Christ comme Seigneur et Sauveur.

Le pasteur de cette petite assemblée nous a fait part de leur difficulté à adorer dans ce lieu pendant la saison des pluies.

Ainsi nous lançons un appel à chacun si le Seigneur vous met à cœur de faire quelque chose de nous contacter pour les éviter de vivre le même cauchemar cette saison de pluie qui commencera au nord dès juin.

 

  1. Les leçons acquises dans cette mission spéciale

Nous avons appris, et nous continuerons chaque jour, voire chaque fois que nous planifierons une mission. Nous ne pourrons pas donner de façon exhaustive ce que nous avons reçu comme leçons. Voici néanmoins ce que nous pouvons donner.

  • Aucune urgence ne doit primer sur l’impératif de la grande commission
  • Le risque le plus digne d’être pris est celui pour l’avancement de l’évangile dans le cœur ne serait-ce qu’une seule personne.
  • Nous devons nous préparer à faire face à d’autres pandémies peut-être plus virulentes que le Covid 19.
  • Nous devons toujours être prêts à adapter la proclamation de l’évangile au contexte et non laisser le contexte nous imposer son rythme

 

Conclusion

Bien-aimé, ce qui a été accompli à Maroua est l’œuvre commune. C’est grâce à votre soutien spirituel, financier, et matériel que nous avons pu effectuer cette mission. Nous voulons encore vous exprimer notre gratitude.

Selon l’évolution de la situation dans notre nation, et les décisions gouvernementales qui seront prises, nous comptons selon notre programme d’action missionnaire, nous rentre à Dang dans l’Adamaoua le mois prochain. Seul un confinement total nous en empêchera.

Nous serons très heureux de vous avoir auprès de nous dans cette autre mission à Dang en Mai 2020. Que le Seigneur Jésus, lui qui nous envoyés, qui nous a soutenus dans cette mission, et qui l’a réalisée au travers de nous reçoive toute la gloire au siècle des siècles.

 

Shalom !

 


Pour camfaith,

Pasteur Yomsi Maurice, La Mission, notre Passion. 

Tel : +237 675 177 554/ +237697 551 898

 

 





A Lire aussi

Akwa-Nord pour Christ : 10 personnes aux eaux de baptême
Effets Covid-19, le monde change de comportement !
ET SI DIEU NOUS PARLAIT PAR LE CORONAVIRUS ?  
Josée Bikele se propulse dans l’overdose de Christ à son concert dédicace
AVAT & MEMAD redonnent de l'espoir à la prison de New-Bell
Corona virus : l’humanité entière convoquée à la barre !
Ecrire un article